Le Diamant… Reine des pierres en bijouterie!

Amis des bijoux bonjour !

Aujourd’hui, en cette fin de mois février, j’aimerais partager avec vous l’histoire de l’Adamas…

Que peux-bien être ce fameux Adamas me direz-vous ?

Un indice. Son adjectif, issu du grec, est Adamant. C’est l’un des matériaux naturels les plus durs et les plus brillants… Vous l’aurez deviné, je veux bien entendu parler du Diamant.

Outre les propriétés chimiques (composition moléculaire) et physiques (indice de réfraction exceptionnel) expliquant sa dureté et sa brillance, le Diamant est d’abord et avant tout un symbole de pureté et de rareté ayant suscité le désir et les convoitises au fil des siècles. Des millénaires même…

En -600 avant JC, le Diamant était davantage un outil permettant de percer les perles grâce à sa dureté. En Grèce Antique on lui prête des vertus d’antipoison.

Que ce soit en Inde ou en Europe au cours de la renaissance, le Diamant est partout. À la fois objet de culte et parure de roi, le Diamant est tellement couru que les prix s’envolent, bien aidé il faut le reconnaître, par certaines légendes et malédictions colportées par les joaillers et propriétaires de mines de l’époque.

Par la suite, sous l’impulsion de Lavoisier en 1772, les chimistes tentent de percer le secret du Diamant. Le Diamant serait donc du carbone pur… Il faudra néanmoins attendre le milieu du 20ème siècle pour que l’un d’eux réussisse à fabriquer du diamant de synthèse !

Néanmoins indétrônable, le Diamant naturel reste et demeure la pierre préférée des bijoutiers, des joailliers, mais surtout de la grande majorité de la population.

Le Canada se place au 6ème rang des pays producteurs de Diamants, loin derrière la Russie. La qualité des Diamants extraits de notre sol se veut néanmoins exceptionnelle. La certification Canadian Rocks a ainsi vu le jour pour protéger notre production de Diamants.

Lors d’un prochain article, je vous parlerai des différentes tailles des Diamants ainsi que la manière dont ceux-ci sont évalués.

Excellente semaine à toutes et à tous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *