LES DIAMANTS LES PLUS CONNUS AU MONDE ! Partie 2

Amis des bijoux bonjour,

Lors d’un précédent billet, nous avions débuté notre saga des « Diamants les plus connus au monde » avec le Koh-I-Noor, le Régent et l’Incomparable. Aujourd’hui, place à deux autres pièces toutes aussi magnifiques et populaires !

Le Vargas :


Découvert au Brésil en 1938, le Vargas était alors le 3ème plus gros diamant au monde avec 726.6 carats. Il fut taillé en 1945. De la pierre originelle ont été faits 29 diamants totalisant 411 carats (soit tout de même 315.6 carats perdus lors de l’opération !).

Le « Hope » :

Également appelé le « Grand Diamant bleu » ou le « Diamant maudit », ce diamant de 112 carats semble avoir porté malheur à tous ceux l’ayant acquis. Acheté par Louis XIV en 1672 après avoir été trouvé en Inde en 1668, il est retaillé en forme de cœur. De ses 112 carats originaux ne demeurent que 67 carats. Sa réputation de « porte-malheur » se fait rapidement. Il semblerait d’ailleurs que la malédiction soit due au vol du Hope d’entre les mains d’une statue de déesse hindoue, depuis lors, extrêmement énervée… Première victime, le dénommé Tavernier. Ce dernier ayant assuré le transport du diamant des Indes jusqu’à Paris meure peu après, ruiné et dévoré par des chiens sauvages. S’en suivent de nombreux évènements « troublants ». Louis XVI et Marie-Antoinette qui en héritent… finissent décapités lors de la Révolution. Le Diamant est porté disparu en 1792 et réapparait en 1830, à Londres. Il ne pèse alors plus que 44,5 carats. Wilhelm Flas, le joaillier qui en fait l’acquisition tente de le retailler pour masquer l’identité du diamant et ainsi le vendre plus facilement. Peine perdue. Son propre fils vole le diamant. Lui meure de chagrin, et son voleur de fils se suicide quelques années plus tard. Le banquier Henry Philip Hope l’achète peu après. Ruiné il le vend en 1908 pour éponger ses dettes. Lui et sa famille meurent néanmoins rapidement et sans le sou. Un prince (inconnu) en fit l’acquisition. Il l’offrit en cadeau à une actrice des Folies Bergères. Il finira par la tuer, quelques mois plus tard. Le propriétaire suivant meure dans un accident de voiture avec tous ses proches. Celui-ci qui suit est le Sultan Abdulhamid. Quelques semaines après l’achat du diamant, une révolte le chasse de son trône de Sultan de l’Empire Ottoman. Et ce n’est pas fini. Le Hope continue de semer mort et chagrin sur sa route. Une riche américaine en fait en effet l’acquisition. Résultat : Son fils décède en voiture, son mari devient fou et sa fille meure d’overdose. En 1947, la malédiction semble prendre en fin. Acheté par le bijoutier Harry Winston, le Hope est par la suite cédé, en 1958, au Smithsonian de Washington. En 2005, des études ont été entreprises sur le mystérieux diamant afin de connaître la vérité sur toutes ces tragédies…

 

… La suite dans un prochain billet ;.)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *